accueil
concerts bio
presse
vidéos projets instruments contacts


Manuel Velasco circa 1930


Manuel Velasco est une marque de guitares espagnoles anciennes. Beaucoup de doutes subsistent quant à leur âge qu'à leur fabricantmm
Manuel Velasco est une acienne marque de guitares espagnoles qui seraient selon l'étiquette, faites à Madrid. Si nous possédons des indices sur leur âge et leur fabricant pour autant aucun document n'existe à ma connaissance. Or aucun luthier ne s'est jamais appelé ainsi à Madrid ! Ces guitares étaient fabriquées en Espagne à Valence pour le marché allemand et importées par la société Schuster à Markneukirchen. D'après mes recherches, certaines sont parties en Amérique du sud par un autre distributeur.

Voici une Velasco qui se trouve au Chili. Son propriétaire la daterait de 1890. Cette guitare porte une double étiquette Velasco/Kirsinger du nom d'un magasin à Valparaiso fondé en 1859. Je ne sais pas combien d'années a existé ce magasin et si la date de 1890 est justifiée. Je le cite:
"Une demande excessive d'instruments en Amérique et dans d'autres régions de la planète, génère des ateliers de lutherie en Europe (principalement l'Espagne) où les luthier eux mêmes et quelques assistants ont construit des instruments jusqu'en 1850 [Plutôt 1950 ! Je crois qu'il y a une erreur. Certains luthiers cités en suivant sont nés après 1850]
Cette énorme explosion fait croître rapidement ces ateliers pour répondre aux besoins des musiciens, c'est là que les chaînes de travail atteignent leur cadence maximale. Les grands ateliers de l’époque sont ceux de Jaime Ribot, de Salvador Ibañez, de Juan Estruch, de Telésforo Julve, des Frères Sentchordi, d’Andrés Marín, entre autres, en Espagne."
https://guitarrasantiguas.blogspot.com/


On remarquera les mécaniques qui ressemblent à des chevilles mais qui sont en laiton.

Les guitares Velasco sont attribuées au luthier Telesforo Julve (1884 Vollaroya-1975 Valence). Celle en ma possession présente des similitudes avec les guitares du luthier Salvador Ibanez (Valence 1854-1917). Il faut savoir que l'entreprise Ibanez e Hijos a été absorbée par Julve entre 1931 et 1933.
https://drive.google.com/file/d/0B24HRm31W5FNdUNVdTRydjVTU28/view

La guitare que je possède, modeste et traditionnelle, a un certain charme. Attiré au départ par les mécaniques, j'en ai fait l'acquisition en 2016. Elle a été restaurée et adaptée pour un usage professionnel selon mes attentes par Pierre Néplaz. Les travaux ont duré un an de 2017 à 2018. J'ai accepté sa proposition de se servir de l'existant pour préparer un instrument capable de me satisfaire en y apportant des modifications. Sans trop savoir où nous allions, je lui ai donné carte blanche. Et le résultat est plus que satisfaisant. Elle est agréable à voir, utiliser et à entendre.


Cette guitare est de forme romantique espagnole et dans le style typique de Valence. Comme les modèles de cette époque, elle possède une diapason court de 645mm, sa longueur totale est de 935mm, pour 315mm de large et 80mm de profondeur. Le sillet est de 48,5mm. Son format se rapproche donc d'une guitare 3/4. Mais ce n'en est pas une. La forme du talon et la petite taille de la tête sont des indices. La forme romantique connait un déclin à partir de 1910. Mais on peut supposer que leur disparition s'est faite progressivement en fonction des stocks et des savoirs-faire.





Une de ses particularités réside dans ses mécaniques. Celles-ci en laiton sont d'origine et proposent un système de montage rapide en tirant l'axe à l'extérieur des mécaniques. Les boutons sont en os. L'axe en laiton est senblable aux mécaniques pour cordes acier, ce qui est présent sur certaines guitares classiques très anciennes. Comme sur cette vieille Ibanez romantique de type Panormo:
http://deerbe.com/unt/91810-uralte_gitarre_salvador_ibanez_spanien_meistergitarre__zum_restaurieren_deko.html



Les mécaniques de la Velasco présentent des gravures avec certaines indications. Elles sont fabriquées aux USA et un brevet a été déposé. Hélas il n'y a pas de marque connue dessus. D'après mes recherches auprès de possesseurs de guitares Velasco, ce système a été vu sur des guitares anciennes de Salvador Ibanez.
https://www.palmguitars.com/guitars/classical-guitars/manuel-velasco_spanish

Le fond, brut de sciage, a été poncé, les taquets du joint central remplacés par une bande d'épicéa à contre-fil, et une barre supplémentaire ajoutée dans la partie supérieure pour gagner en rigidité, et améliorer la projection du son. Le vernis du fond est de gomme laque passée au tampon.

Un travail important a été fait à l'intérieur de l'instrument. Une barre sous la table était cassée. A l'origine le barrage était "en échelle" comme c'était le cas sur les guitares anciennes et traditionnelles. Au départ je voulais conserver ce barrage ancien par souci de conservation. Quand je l'ai trouvée, la table très souple était creusée au dessus du chevalet et bombée en dessous. La table a été aplatie avant de continuer les travaux. Mais une fois mise en tension, elle s'est re-déformée et ne convenait pas à une utilisation intensive. De plus l'accoustique n'était pas satisfaisante. La décision fut prise de redémonter la guitare pour y poser un barrage en éventail et de changer le système de contre-éclisse.

La barre cassée sous la rosace a été refaite de neuf, contribuant à redresser la table creusée à cet endroit là ; quant au barrage en éventail à 5 barres, il reprend le schéma du barrage Torres primitif. Les taquets contre-éclisses étant grossièrement refendus, disposés de façon irrégulière, mal collés ou encore manquants, il a été décidé de les remplacer par de la contre-éclisse fendue moderne, avec pour avantage de gagner en surface vibrante tout en consolidant l'assemblage de la table sur tout le pourtour des éclisses.
 
La touche a été replanie (et refrettée de frettes modernes) afin d'absorber le creusement du manche, et surtout de donner un peu de renversement dans le but de réduire une hauteur de cordes excessive. Le renversement définitif a été réglé au moment du refondage. Le profil du manche, très irrégulier et marqué de nombreux coups, a été repris sur toute sa longueur.

Une attention particulière a été apportée au chevalet. Ce n'était pas l'original. Il était non seulement décollé mais de très mauvaise qualité. Il a été remplacé par un chevalet en pernambouc (le bois des archets) spécialement fabriqué pour l'occasion. Sa forme et le choix du bois offrent de l'élasticité et une meilleure vibration de la table d'harmonie. C'est une première modification personnelle mais le résultat d'un point de vue sonore et mécanique est très satisfaisant.



En voici une identique avec le chevalet d'origine beaucoup plus massif et rigide.



Voici le chevalet d'une ancienne Ibanez:



Et le chevalet traditionnel de Julve:


http://members.upc.nl/a.bogaard241/index_bestanden/TelesforoJulveResearch8.htm


Voici la guitare ouverte avec au crayon la position théorique du futur barrage de type Torres primitif.



Voici le barrage en échelle et les contre-éclisses d'une Ibanez de même gabarit mais avec un nouveau chevalet:
http://www.liuteriacesarini.com/fr/atelier-cesarini/prestations-atelier/
La grosse barre du haut semble être posée pour les besoin de la restauration mais n'a pas vocation à rester.

La facture est identique à la Velasco. On remarque le talon en épicéa.




Voici des talons de Julve en épicéa.



Et un talon d'Ibanez pourtant de type Panormo en épicéa mais plus proche de la Velasco que Julve:
https://reverb.com/item/1736046-vintage-early-1900-s-salvador-ibanez-parlour-classical-guitar-with-case





Voici le nouveau barrage et les nouvelles contre-éclisses de la Velasco en cours de fabrication et une fois terminés:




Pour régler les harmoniques, un fond ouvert a été posé permettant de raboter les barres avec les cordes en tension:



Voici la restauration du fond. L'étiquette en petits morceaux a été reconstituée avec le papier d'origine.



Une fois femée, le son est là !



Des points la rapprochent encore d'une Ibanez.

Les repères sur le manche en losange sont identiques à ceux de l'Ibanez de type Panormo:


Ibanez


Velasco

Le dos de cette Ibanez est le même que la Velasco, si on écarte les filets ajoutés lors de la restauration:



Et la rosace est exactement la même que sur l'Ibanez dont on a observé le barrage et les contre-éclisses:
http://www.liuteriacesarini.com/fr/atelier-cesarini/prestations-atelier/


Ibanez

Velasco

Pourquoi associer Velasco et Julve si elle ressemble à une Ibanez ?

Velasco et Ibanez (post rachat) ont quelques fois une rosace avec des motifs floraux typiques de Julve. La rosace Julve avec les triangles en bois n'est pas tout à fait la même que sur la Velasco et se rapproche de l'Ibanez "Panormo".


rosaces Julve
http://members.upc.nl/a.bogaard241/index_bestanden/TelesforoJulveResearch8.htm



Ibanez post Julve
http://members.upc.nl/a.bogaard241/index_bestanden/TelesforoJulveResearch4.htm



une autre Velasco
https://www.pinterest.fr/pin/60587557465332629/?lp=true


Certaines Velasco comme celle que je possède, ont une tête équivalente à Julve ou à certaines Ibanez post Julve (comme celle présentée plus haut):


Une tête de Julve datée entre 1925 et 1932
http://www.liuteriacesarini.com/images/servizi/restauro/julve/big13.jpg


Le matériel, la lutherie et les pièces qui composent la guitare sont identiques aux guitares des deux luthiers valenciens. Son origine géographique et son âge sont facilement identifiables. Ce sont ces éléments typiques constituant les Velasco comme la rosace, la tête, le talon, la jonction des éclisse dans l'arrière fond qui permettent de remonter aux luthiers. Mais si la Velasco avec la rosace Julve a les mêmes mécaniques, on peut constater que les repères sont parallèles aux frettes et non en losange. Il en est de même sur l'Ibanez post rachat par Julve. On peut supposer que Velasco a connu une production a partir d'éléments provenant à la fois des ateliers Julve et Ibanez. Puisque nous voyons que certains détails peuvent être associés à tel ou tel luthier.

Reste la question de la date.

"Dès le premier jour, ils ont une base de clients et de fournisseurs impressionnante. On ne sait pas d’où viennent tous ces contacts pour donner à la compagnie ses premiers pas"
 http://members.upc.nl/a.bogaard241/index_bestanden/TelesforoJulveResearch2.htm


On peut imaginer que les commandes venaient en partie de ces distributeurs et qu'une production sous un autre nom a été décidée. Certaines Velasco ont été produites sans étiquettes pour recevoir celle des magasins distributeurs comme Kirsinger. Peut être que Velasco est d'abord une production Ibanez avant 1930. Ce qui rejoindrait l'idée d'une guitare présente au Chili avant 1930. D'ailleurs on retrouve ici les repères en losange de l'Ibanez. On retracerait aussi par cette filière l'origine américaine des mécaniques. Puis Velasco serait co-produit par Ibanez et Julve autour des années 1930, ainsi des instruments hybrides comme la mienne auraient été conçus pour répondre à la demande. Julve en achetant Ibanez aurait récupéré la totalité du marché après 1930. Les guitares petit à petit auraient perdu les éléments typiques des Ibanez pour ressembler de plus en plus aux Julve.

Cette Velasco grâce aux travaux de restauration de Pierre Néplaz a un son clair, un bon sustain avec beaucoup d'harmoniques et des aigus très purs. Elle est parfaitement juste sur tout le manche et au delà de l'octave.
Les éléments qui la constituent, sont les mêmes qu'une Julve ou une Ibanez comme nous l'avons vu.
C'est une guitare dans la tradition des guitares valenciennes mais avec des modifications me permettant de l'utiliser selon mes besoins. Le confort de jeu est excellent.

Le mieux est encore de venir l'écouter en concert !

Voici une de mes compositions "Il Tuo Viso" que j'ai enregistré avec elle: